Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘la villette’

J’ai longtemps eu du mal à le dire publiquement, mais il est temps que j’assume : la rentrée a toujours été ma période de l’année préférée (j’en entends déjà certains qui crient : « Bououououh ! »). Pour moi, l’année commence vraiment à ce moment-là, lorsqu’on fait des projets, qu’on anticipe de futurs plaisirs et que les beaux jours sont encore parmi nous, et non le 1er janvier, où il fait froid, gris et taciturne. Et puis, il y a des traditions de rentrée. L’une d’elles est le festival Jazz à la Villette, que je ne manque jamais.

Le premier concert de cette année (pour moi comme pour le festival) était celui de Macy Gray, accompagnée du David Murray Big Band, que je ne connaissais pas. Je m’attendais à avoir la Grande halle en placement debout, comme d’habitude pour les concerts, mais il s’agissait en fait de sa partie en tribunes, et comme je suis arrivée un peu en retard (je sais, c’est pas bien, mais quelle idée de commencer un concert à 20h en semaine, aussi !), j’étais tout au fond, il faisait chaud et les sièges sont toujours aussi inconfortables… Bref, vous l’aurez compris, les conditions matérielles n’étaient pas idéales, et je comptais donc beaucoup sur l’énergie de la chanteuse pour surmonter mon coup de barre naissant.

Las… La première partie était très bien, dans un tout autre genre (Lianne La Havas : une jeune chanteuse soul britannique, avec un accent à couper au couteau, très rigolote et enjouée… elle passe à la Cigale le 24 octobre, si vous voulez la découvrir), mais la deuxième, comment dire… plutôt décevante. Le premier morceau, joué uniquement par le Big Band, était chaotique et m’a rappelé certains ascenseurs (pas gagné pour me sortir de la torpeur du dernier rang !). Je me suis même demandé si les musiciens avaient déjà répété ensemble ! Pour accentuer encore cette interrogation, David Murray a voulu nous présenter son groupe avant que M. Gray n’entre et, pour ce faire… il a sorti une feuille de papier pour lire leurs noms ! Bon, un orchestre symphonique, j’dis pas, mais ils étaient dix ! J’ai trouvé ça un tantinet léger (pour ne pas dire limite insultant envers les musiciens !). Heureusement, la suite était un peu plus solide, côté musique.

En revanche, j’ai été très déçue par la chanteuse. À son arrivée sur scène, je me suis d’abord demandé si elle n’était pas un peu bourrée ou sous l’emprise de quelque substance illicite (ce ne serait pas la seule, mais au moins, d’habitude, cela sert plutôt le spectacle alors que là, elle avait juste l’air de divaguer… Pour vous dire, j’ai du mal à croire qu’elle n’a que 45 ans !). Par la suite, elle n’était pas tout à fait en rythme et, pour le dernier morceau, elle déchiffrait carrément sur sa partition ! Tout cela aurait pu être compensé par une bonne présence sur scène, mais… disons que demander au public de taper dans ses mains n’est, pour moi, pas suffisant. Je suis dure, je sais. Mais le festival m’avait habituée à mieux !

Le prochain concert promet d’être beaucoup plus réjouissant, malgré le contexte météorologique de ces derniers jours : il s’agit de Trombone Shorty et ses Orleans Avenue, un jazz band de la Nouvelle-Orléans que j’avais déjà vu au Bataclan, en février (mais hélas pas croisé sur place, malgré mes investigations). Et ça dépote ! Faudra pas que j’oublie mes bouchons !

© Kirk Edwards

 

 

 

Publicités

Read Full Post »

Au risque de paraître radoter, il faut bien que je me résolve à vous parler encore de la programmation du parc de la Villette. Et plus précisément, de sa Grande halle. J’aurais pu évoquer la Colline, mais je me dois de laisser le temps à Confituredine d’y apprécier Brecht (ou pas) avant d’en parler (si ça, c’est pas du teasing !?).

A la Grande halle de la Villette, donc, il se danse, jusqu’au 19 mai, une pièce de Sidi Larbi Cherkaoui. L’an dernier, le chorégraphe belge abordait le monde du flamenco. Cette année, il est parti plus à l’Est et en a ramené l’histoire de Tezuka, dessinateur de mangas adulé au pays du Soleil levant. N’étant pas particulièrement fan de manga (parce que peu au fait de la chose ?), je n’attendais rien de particulier de ce spectacle, si ce n’est que j’aime bien ce que fait S. Larbi Cherkaoui habituellement.

Non seulement je n’ai pas été déçue, mais j’ai été très agréablement surprise. Il ne s’agit en fait pas que de danse ! La musique, jouée en direct par trois musiciens (dont deux Japonais), pourrait à elle seule constituer le spectacle. De même que les textes récités par les danseurs, qui brossent le portrait d’un artiste engagé et l’histoire d’un pays et d’une culture. Ou encore les projections vidéos, qui reprennent les dessins de Tezuka en les animant. Ou enfin les calligraphies dessinées progressivement sur le décor ou sur les corps des danseurs…

Le spectacle est assez long (deux heures + entracte), mais la soirée est passée très vite. Que vous aimiez le manga, la danse, les deux ou rien du tout, allez-y ! (mais je vous préviens quand même : on est très mal assis…)

Read Full Post »

Non non, ce n’est pas mon état actuel (quoique…), mais un petit clin d’œil à la 2e édition du festival de hip hop et de cirque de la Villette, qui vient de s’achever (eh oui, une fois de plus, je vous en parle trop tard ! désolée…).

Cette année encore, j’ai profité de deux de ses spectacles, tous deux intitulés « Trois compagnies sur un plateau », mais avec trois compagnies différentes à chaque fois… Enfin, différentes… En réalité, je dois l’avouer, j’avais déjà vu le spectacle de l’une d’entre elles à Suresnes, en janvier : « (R)évolution », des Wanted Posse, que je trouve toujours aussi brillants. Qui plus est, ils avaient changé l’enchaînement de certaines scènes et modifié la fin, du coup je ne me suis pas ennuyé du tout !!

Les cinq autres compagnies étaient très différentes, et il est difficile de dire laquelle j’ai préféré. Du premier spectacle, j’ai beaucoup aimé la troupe 6e Dimension, qui jouait des stéréotypes masculin / féminin, avec six danseuses et un danseur, ce qui est assez inhabituel dans le hip hop, mais également les Serial Stepperz, peut-être aussi impressionnants que les Wanted Posse. Voire plus, parce qu’en raison d’un problème technique (de musique), ils ont été obligés de s’interrompre au bout de 10 minutes (avec une pose qui a dû sembler bien longue à ceux qui se retrouvaient perchés sur une main…) et de recommencer depuis le début ! Le public les a beaucoup soutenus et je pense que la salve d’applaudissements de la fin y est en partie due.

Dans le deuxième spectacle, la première partie, des Next Zone, m’a beaucoup plu en raison de sa reprise un peu décalée d’une de mes œuvres de musique russe fétiche : le Sacre du printemps, de Stravinsky (et en plus, j’ai trouvé les costumes superbes…). J’essaierai de suivre leur travail aussi !

Read Full Post »

Me voilà de retour sur ce blog ! Il est vrai que je n’ai pas chômé ce dernier mois mais, justement, là est le problème : je ne sais plus que choisir !

Au départ, je pensais vous parler de ce superbe concert casaméen (de Casamance, pour ceux qui, comme moi, ne savaient pas que les habitants de cette région s’appelaient comme ça), écouté un soir au centre culturel Léopold Sédar Senghor de Dakar. Mais je n’ai trouvé aucune photo pour illustrer ce billet et le site du groupe Keloumaké est pour l’instant encore au stade de l’embryon. Du coup, ayant peu d’éléments à vous jeter en pâture, je me suis abstenue. S’ils passent un jour en France, je vous invite toutefois à vous précipiter !

J’ai ensuite pensé vous parler du Tarmac de la Villette, qui malheureusement va bientôt fermer ses portes et propose une dernière saison très africaine (voire très congolaise). La dernière pièce que j’y ai vue s’intitulait « Samantha à Kinshasa » et mettait en scène l’actrice Marie-Louise Bibish Mumbu, à la fois grave et drolissime, mêlant le tragique et le clownesque et que j’espère bien revoir lors des prochaines Francophonies en Limousin. Hélas, j’y suis allée l’avant-dernier soir (vacances obligent) et comme j’avais promis de ne parler que de pièces qui se jouent encore…

J’aurais aussi pu vous parler du dernier boulevard à la mode, « Thé à la menthe ou t’es citron ? » qui, après un grand succès à Paris, a commencé sa tournée en France (j’y suis allée au bout de ma rue, à Asnières). La première partie était un peu poussive, mais la deuxième, franchement hilarante, rattrape le tout. Peut-être la pièce passe-t-elle pas loin de chez vous ?

Finalement, ne sachant que choisir, j’ai laissé passer le temps, et voilà qu’on me rappelle à l’ordre, un mois plus tard ! Le public en délire n’a vraiment aucune pitié… C’est promis, je tâcherai d’être plus assidue en avril. Il faudra déjà que je vous parle du festival Hautes tensions, à La Villette, dont j’ai vu un spectacle ce dimanche. Mais ceci est une autre histoire…

Read Full Post »

Entre deux trains, j’ai profité hier d’un bref passage à Paris pour aller voir le spectacle « Sorties 8, 9, 10 » donné par l’Ecole supérieure des arts du cirque (ESAC) de Bruxelles, à la Villette. Bien m’en a pris !

Ces élèves des trois dernières promotions (d’où le titre !) étaient qualifiés par le prospectus de « prometteurs »… et ils ont tenu leurs promesses ! Trapèze, jonglage, roue, acrobaties aériennes ou pas, le tout présenté par une Mme Loyale un brin disjonctée fan du grand Jacques (Brel) et fière de son plat pays. Cela faisait longtemps que je n’étais pas restée deux heures de suite bouche bée, à retenir mon souffle aux moments critiques.

La scène du chapiteau de la Villette est parfaite pour ce genre de spectacle : ni trop grande ni trop petite, le public peut compter les gouttes de sueur et montrer clairement aux artistes à quel point il a apprécié.

Le spectacle dure jusqu’au 14 août, allez-y ! Que dis-je, courrez-y, volez-y !!

Quant à moi, remontée à bloc par ces voisins septentrionaux, je m’en vais encore plus au Nord… A bientôt !

Read Full Post »